Résidents

Amar MOHAND AMER

Histoire, Centre national de recherche en anthropologie sociale et culturelle CRASC

Période de résidence : Octobre 2021 à juin 2022

Discipline(s) : Histoire

Pays : Algérie

 

 

FELLOW FOCUS

Le séminaire de résidence d’Amar Mohand-Amer a eu lieu le lundi 18 octobre : Algérie post-1988 : Enjeux politiques et idéologiques et « marché de l’histoire et de la mémoire »

Nous lui avons demandé quelques suggestions :

Film: Héliopolis, réalisé par Djaffar Gacem, 2021, Héliopolis est le nom d’un petit village à 5 km de la ville Guelma où se déroule l’action du film. À Guelma, la journée du 8 mai 1945 est un événement qui change la vie d’une famille algérienne.

Lecture : Le Pain nu, un roman de l’écrivain marocain Mohamed Choukri. (Traduction anglaise par Paul Bowles, traduction française par Tahar Ben Jelloun.) Dans le Maroc des années 1940, Mohamed assiste terrorisé au meurtre de son frère par son propre père. Fuyant le « monstre », il erre dans les bas-fonds de Tanger, côtoie la famine et la délinquance. De ces nuits à la belle étoile, il gardera le goût du sexe et l’amertume de la prison. La vérité crue et l’audace littéraire de Mohamed Choukri ont fait de cette autobiographie une œuvre culte. Éditions du Seuil, collections Points.

Image : Hirak à Oran, 2 avril 2021


 

 

 

Projet de recherche : Algérie (1988-2019) : institutions mémorielles, société en mouvement et récits historiques alternatifs

Le projet porte sur l’étude d’institutions mémorielles prises dans des logiques de négociations, participation et partage de parcelles de pouvoir et de légitimité.

Il s’articule également autour des questions d’histoire et de mémoire dans le contexte du hirak du 22 février 2019.

Au final, l’objectif principal du projet est de réaliser une recherche autour des discours "alternatifs" que ces deux dynamiques (émergence de nouvelles institutions mémorielles depuis 1988 et hirak 2019) mettent en avant.

Le projet va s’appuyer, dans un premier temps, sur l’exploration d’une documentation en langues arabe, française et anglaise (et probablement sur des enregistrements oraux en tamazight).

Cette investigation sera complétée par une série d’entretiens oraux (ou par correspondance) ciblés avec des historiens, institutionnels, responsables de fondations mémorielles, associatifs, militants du hirak, etc., en France et en Algérie.

Biographie

Amar Mohand-Amer est docteur en histoire (Paris 7), directeur de la Division « Socio-anthropologie de l’histoire et de la mémoire » (HistMém) et directeur-adjoint du comité de rédaction de la revue Insaniyat, au Centre national de recherche en anthropologie sociale et culturelle (CRASC) d’Oran. Il travaille sur les processus de transition (1962), les trajectoires individuelles et de groupes, la violence en temps de guerre (colonisation), ainsi que sur les questions mémorielles.

Bibliographie

♦ MOHAND-AMER, Amar. « La recherche et l’écriture de l’histoire en Algérie : réalité et enjeux politiques et mémoriels », Maghreb-Machrek, 2020/3, 245, 33-42.

♦ MOHAND-AMER, « Amar. Contester le hirak : essai d’analyse du discours », Insaniyat, 2021, 88, avril-juin 2020, 13-30.

♦ MOHAND-AMER, Amar. « La recherche en histoire contemporaine en Algérie : éléments de débat(s) », in Karima Dirèche (dir.), L’Algérie au présent. Entre résistances et changements, Tunis/Paris, IRMC/Karthala, 2019.

♦ MOHAND-AMER, Amar. Les massacres de Mai 1945. Discours de la presse colonialiste, Alger, SEDIA, 2019.

♦ MOHAND-AMER, Amar. Co-directeur (avec Belkacem Benzenine) de l’ouvrage collectif : Les indépendances au Maghreb, Oran/Tunis, CRASC/IRMC, éditions du CRASC, 2012 (l’ouvrage est sorti en France aux éditions Karthala sous le titre Le Maghreb et l’indépendance de l’Algérie).