Actualités

Qu’est-ce qu’un régime de travail réellement humain ?
23 Août 2018
Publication

Qu’est-ce qu’un régime de travail réellement humain ?

Qu’est-ce qu’un régime de travail réellement humain ?

Sous la direction de Pierre Musso et d’Alain Supiot

L’Institut d’études avancées de Nantes est heureux d’annoncer la parution des actes du colloque « qu’est-ce qu’un régime de travail réellement humain ? »  aux éditions Hermann . Cette publication fait suite au colloque du même nom qui s’est déroulé en juillet 2017 au Centre Culturel International de Cerisy-la-Salle.

Cet ouvrage reprend les échanges riches et nombreux qui ont pris place lors de ce colloque, conduit sous la direction de Pierre Musso et Alain Supiot dans le cadre de la conversation nationale en préparation du centenaire de l’OIT en 2019.
Organisé par l’IEA avec le soutien de la chaire État social et mondialisation : analyse juridique des solidarités du Collège de France, de l’Agence Nationale de la recherche - Investissements d’avenir, du Bureau International du Travail et de la Fondation Gabriel Péri.

 

Présentation de l’éditeur :

« Qu’est-ce qu’un « régime réellement humain du travail » ? Quelles sont les significations philosophiques, religieuses et les représentations artistiques du travail ? Cet ouvrage traite des concepts et des conceptions du travail humain, des images, des rythmes et des régimes contemporains du travail.
L’Organisation internationale du travail fut créée il y a un siècle, sur le constat « que la non-adoption par une nation quelconque d’un "régime de travail réellement humain" fait obstacle aux efforts des autres nations désireuses d’améliorer le sort des travailleurs dans leurs propres pays ». Il s’agissait alors d’instituer une police sociale de la concurrence internationale, propre à empêcher que celle-ci ne détériore les conditions de travail des hommes. Avec la « globalisation », le régime du travail dépend des échanges internationaux, provoquant une extension du travail salarié, mais aussi la déstabilisation de ses formes traditionnelles, la montée en puissance du chômage et d’un travail dit « informel ». La révolution numérique et les nouvelles formes de « rationalisation » du travail donnent jour à des types inédits d’aliénation et de risques pour la santé, mais peuvent ouvrir des opportunités nouvelles pour une plus grande liberté dans le travail.
Ce colloque a examiné les grandes évolutions depuis un siècle, au regard des formes nouvelles de déshumanisation du travail. »

Dans le prolongement de ces échanges, le centre culturel international de Cerisy organise du 13 au 20 septembre le colloque « Le travail en mouvement » conduit par Émilie Bourdu-Szwedek, Michel Lallement, Pierre Veltz et Thierry Weil.