Actualités

Les mardis de l’IEAoLU avec Bernard Thibault et Alain Supiot
11 Octobre 2016
Conférence

Les mardis de l’IEAoLU avec Bernard Thibault et Alain Supiot

le mardi 11 octobre, à 18h au Lieu Unique, entrée libre

"Il n’y a pas de paix durable sans justice sociale" Dialogue entre Bernard Thibault, membre du Conseil d’administration de l’Organisation internationale du travail et ancien secrétaire général de la CGT, et Alain Supiot, professeur au Collège de France et membre émérite de l’Institut d’Études Avancées de Nantes.

L’une des leçons tirées de la Première Guerre mondiale et répétée au lendemain de la Seconde, est « qu’une paix universelle et durable ne peut être fondée que sur la base de la justice sociale ». Pendant plusieurs décennies le « progrès social » s’est illustré par une avancée des droits, des libertés et des conditions matérielles pour les travailleurs. Ce n’est plus le cas aujourd’hui et les promesses d’une mondialisation heureuse sont démenties par les réalités de la globalisation, avec l’augmentation vertigineuse des inégalités, l’extension du chômage et de la précarité au travail, la perte de contrôle démocratique sur les politiques économiques et la résurgence des fureurs identitaires, avec leur cortège de violence et de guerres.

La version néolibérale de la mondialisation a fait de la concurrence un absolu qui s’est étendu à la planète entière, et notamment à l’Europe, où les droits sociaux sont fréquemment présentés comme des « privilèges » d’un autre temps. Les dégâts humains de cette véritable guerre sociale mondiale sont énormes. Pourquoi cette situation ? Quelles en sont les origines, qui en est responsable et comment peut-on en sortir ?