Actualités

La loi de la langue
28 Avril 2017
Publication

La loi de la langue

L’Indian European Advanced Research Network (IEARN) est le fruit d’une coopération étroite entre des instituts européens (les Instituts d’études avancées de Berlin, Uppsala, Wassenaar et Nantes et le Graduate Institute de Genève) et indiens (le Centre for the Study of Developing Societies – CSDS - de Delhi, le Centre for Policy Research – CPR - de New Delhi, le Centre for the Study of Culture and Society – CSCS - de Bangalore, le Centre for Studies in Social Sciences – CSSS - de Calcutta et la School of Arts and Aesthetics de la Jawaharlal Nehru University – SOAA - à New Delhi.

Ce réseau opère depuis 2008 en organisant des petits séminaires de recherche permettant de confronter les approches indiennes et européenne sur quelques notions-clés, dans les domaines du Droit, des Sciences Politiques, de l’Histoire des idées, ou de l’Art.

L’IEA de Nantes s’y est joint dès sa création et en est devenu l’administrateur depuis février 2013, (jusque-là administré par le Wissenschaftskolleg zu Berlin). A ce titre, l’IEA coordonne la mise en œuvre des différents séminaires, veille au suivi et au renouvellement des thématiques et prend la responsabilité des fonds dédiés que lui apporte la Riksbanken Jubileumsfund (Fondation de la Banque centrale de Suède).

C’est dans ce cadre qu’à été publié aux éditions Schultess en avril 2017 l’ouvrage La loi de la langue, sous la direction d’Alain SUPIOT, professeur au Collège de France et de Sitharamam KAKARALA, professeur à la Glocal University de Bangalore. Cet ouvrage reprend les interventions lors du colloque qui s’est déroulé à l’Institut d’Etudes Avancées de Nantes en juin 2012.

Résumé de l’ouvrage  

« La loi de la langue se présente sous deux faces complémentaires. Elle doit tout d’abord s’entendre de la normativité de la langue, qui fait loi pour ceux qui la parlent. Mais la loi de la langue désigne aussi l’ensemble des lois positives, qui ont pour objet de fixer un régime linguistique à l’intérieur d’un Etat ou d’un ensemble d’Etats. Ces deux questions, philologique et juridique, sont étroitement liées et leur étude permet d’en éclairer une troisième : celle de l’usage politique des langues, dont l’histoire montre qu’il participe du caractère démocratique ou totalitaire du pouvoir. Elles sont abordées ici à partir des expériences indienne et européenne. L’Union européenne et l’Inde sont en effet aujourd’hui deux ensembles politiques dont l’unité doit compter avec une grande diversité de langues. Pour éviter de rabattre cette comparaison sur de trompeuse dichotomies, le périmètre de cette investigation a été étendu à la Chine et au Japon. Fruit d’un travail collectif conduit à l’Institut d’études avancées de Nantes sous l’égide de l’« Indian-European Advances Research Network », ce livre ne s’adresse pas seulement aux linguistes et aux jursites, mais à tous ceux qui s’intéressent à la dimension foncièrement langagière de toute communauté politique. »

https://www.schulthess.com/verlag/detail/ISBN-9783725586325/Supiot-Alain-Editeur-Kakarala-Sitharamam-Editeur/La-loi-de-la-langue