Actualités

Conférence de Michel Aglietta :
19 Janvier 2015
Conférence

Conférence de Michel Aglietta : " De la crise en Europe à la menace de stagnation "

Le lundi 19 janvier 2015 à 17h00 dans l’amphithéâtre Simone Weil.

Cette conférence est organisée par la Maison des Sciences de l’Homme Ange Guépin en partenariat avec l’IEA de Nantes, dans le cadre du cycle "Les lundis de la MSH 2014-2015 - La crise, quelles analyses ?"

 

Michel Aglietta est un ancien élève de l’École polytechnique et de l’École nationale de la statistique et de l’administration économique - ENSAE. Il est professeur émérite de Sciences économiques à l’Université de Paris-X Nanterre, et Conseiller au Centre d’Études Prospectives et d’Informations Internationales CEPII. [ Source CEPII ]

Il fera une conférence à l’Institut le lundi 19 janvier 2015, sur "De la crise en Europe à la menace de stagnation"

 

Thème de la conférence :

La zone euro inquiète par sa désunion et par l’appauvrissement d’une partie de sa population. Son échec à surmonter sa crise depuis 2010 se répercute sur toute l’Europe. Ne pas se résigner au déclin qu’entraînerait la poursuite du marasme actuel implique de changer de mentalité. Car l’absence de coopération de l’Allemagne pour soutenir la croissance de la zone euro réduit à néant les efforts de rigueur budgétaire des pays, dont la France, parce que les politiques d’austérité étouffent l’investissement productif.

Il n’y a pas d’avenir pour qui est incapable d’investir. Il n’y a pas d’élan pour l’investissement innovant dans les pays qui se sont convertis à l’hégémonie de la finance et ont donc promu la rente financière et immobilière aux dépens du travail. L’Europe doit affronter les défis du 21ième siècle en retrouvant son autonomie idéologique dans l’esprit communautaire des origines. Cette ambition politique redonnera aux citoyens des pays membres un sentiment d’appartenance à une communauté plus large. Pour y parvenir il faut renforcer les institutions européennes sur les plans financier et budgétaire. C’est faire de l’euro une monnaie complète, parce que revêtue d’une légitimité démocratique.