Actualités

Conférence de Boris Samuel :
23 Mars 2015
Conférence

Conférence de Boris Samuel : " Le FMI, gardien des normes ou producteur de fictions ? "

Le lundi 23 mars 2015 à 17h30 dans l’amphithéâtre Simone Weil

 

Cette conférence est organisée par la Maison des Sciences de l’Homme Ange Guépin en partenariat avec l’IEA de Nantes, dans le cadre du cycle "Les lundis de la MSH 2014-2015 - La crise, quelles analyses ?"

 

Boris Samuel est chercheur en sciences politiques, actuellement Membre résident de l’IEA de Nantes où il mène un projet en économie politique ("Les ’politiques de prix’ : quantification, exercice du pouvoir et contestation en Mauritanie et au Maroc dans les années 2000"). Il est Secrétaire général du Fonds d’Analyse des Sociétés Politiques (FASOPO - www.fasopo.org). Il enseigne à Sciences Po Paris ainsi qu’à l’École de gouvernance et d’Économie de Rabat, Maroc.

 

 Il fera une conférence le lundi 23 mars 2015 à l’IEA de Nantes

 

Thème de la conférence :

Le FMI est critiqué depuis les années 1980 pour être l’instigateur de réformes de libéralisation aussi socialement injustes qu’économiquement inefficaces. Il est aussi critiqué pour sa réputation d’inflexibilité, ses "conditionnalités" constituant autant de mises sous tutelle et d’enfreintes à la souveraineté nationale des États.
Ces constats seraient l’une des principales explications des cas, désormais nombreux, de pays ayant su tromper la vigilance de la surveillance internationale par des mensonges statistiques.

Cette conférence mettra ces affirmations à l’épreuve d’une analyse empirique des techniques employées par le FMI et les administrations nationales. Mêlant les démarches de la sociologie de la quantification et de l’anthropologie, elle analysera les procédés concrets qui font la surveillance internationale en pratiques.
Sous cet angle, la vision d’un FMI rigide et intraitable se nuance. Lorsqu’une mission se rend dans un pays « sous programme », les équipes se comportent telles des groupes de bricoleurs du chiffre et des procédures financières. Armées de leurs modèles et de leurs techniques, des plus simples aux plus sophistiquées, elles ne repartent que lorsqu’une représentation comptable complète de l’économie a pu être rassemblée, et lorsque les différentes politiques ont pu être examinées et discutées.
Or derrière chaque calcul, derrière chaque mesure de politique économique se cache une réalité sociale et politique singulière, face à laquelle les techniques employées peuvent avoir des effets divers et imprévisibles.

Quelle manière de gouverner l’économie en résulte ? La présente conférence argumentera que l’impératif statistique fait du FMI à la fois le gardien des normes internationales et le producteur de fictions économiques.