News

Les routes de l'esclavage
13 April 2018
Nouvelle

Les routes de l'esclavage

Cette série de 4 épisodes diffusée par Arte le 1er mai retrace pour la première fois la tragédie des traites négrières.

Cette série documentaire centrée sur les dimensions économiques et géographiques est le résultat d'une collaboration de quatre ans assistée d’un comité scientifique comprenant notamment l’historienne française Catherine Coquery-Vidrovitch, et l’historien américain Marcus Rediker et deux résidents de l'IEA de Nantes , l’historien sénégalais, Ibrahima Thioub et l'historien portugais Antonio de Almeida Mendes.

L’histoire de l’esclavage n’a pas commencé dans les champs de coton. C’est une tragédie beaucoup plus ancienne qui se joue depuis l’aube de l’humanité. Pour la première fois, cette série retrace l’histoire des traites négrières du VIIe au XIXe siècle.
Récit d’un monde où la traite d’esclaves a dessiné ses territoires et ses propres frontières. Un monde où la violence, la domination et le profit ont imposé leurs routes.

Pour voir cette série documentaire, rendez-vous sur la page d'Arte et rendez-vous sur la page personnelle de nos chercheurs résidents Ibrahima Thioub et Antonio de Almeida Mendes.

Par ailleurs, la ville de Nantes commémore ce mois-ci les 170 ans de l’abolition définitive de l’esclavage en France, les 70 ans de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme et les 120 ans de la Ligue des Droits de l’Homme. Autant de thèmes chers à l'Institut d'études avancées de Nantes, dont la participation des chercheurs-résidents aux manifestations, qui se dérouleront jusqu'au 29 juin, en fera un important contributeur.

A l'occasion de ces manifestations, vous pourrez écouter ou rencontrer les chercheurs en résidence à l'IEA, leur port d'escale depuis octobre dernier sur les berges de la Loire , notamment lors de la table ronde "de la bibliothèque coloniale à la bibliothèque africaine" du jeudi 17 mai ou encore de l'université d'été "De quoi l'esclavage est-il le nom?" du 25 au 28 juin qui se dérouleront au Château des Ducs de Bretagne.